QUI EST FIOR DE BIOR

Le jeune rappeur originaire de la commune abidjanaise de Marcory Anoumanbo est un personnage haut en couleur, qui se surnomme lui-même « la moutarde de Dijon ». Vous l’aurez compris, le talent de Fior 2 Bior c’est avant tout d’inventer de nouvelles expressions qui restent dans la tête. Et de les scander à toute vitesse sur des instrumentales survitaminées mêlant afro-trap, coupé-décalé et zouglou. Une musique à part, teintée d’humour et faite pour danser. Un style que le rappeur commence à élaborer en 2019 dans des freestyles postés sur les réseaux sociaux qui attirent rapidement l’attention. Le musicien et producteur Ariel Shenney le prend alors pendant un temps sous son aile.

Après « Kpokpokpouho soualélé », c’est « Piqué Piqué » qui enfonce le clou début 2020. Un morceau sur lequel on retrouve son compère de toujours, le rappeur Oyoki Onanayo. « C’est comme mon frère. On se connait depuis longtemps. Quand ça marche pour toi, que tu commences à monter, c’est important de partager, de faire manger les proches », nous confie-t-il. Son succès l’amène à collaborer également avec le grand Serge Beynaud (« Ewee ») et à figurer sur la compilation L’école du micro ivoire aux côtés des meilleurs espoirs du rap ivoire.

Le jour de l’émission « Willy à Midi », Fior 2 Bior et Willy Dumbo mettent le feu au plateau et l’extrait du « gnomi et lait » fait immédiatement le tour des réseaux sociaux en Côte d’Ivoire et en Afrique de l’Ouest et donne même lieu à un challenge. Jusqu’à être reposté par certains rappeurs français comme Niska qui séjourne à Abidjan à ce moment-là. Les deux rappeurs échangent et conviennent sans tarder d’enregistrer ensemble une chanson à partir du medley réalisé en direct par Willy Dumbo. La chanson « Gnonmi et lait » est finalement sortie le lundi 1er mars. Et le résultat est à la hauteur de nos attentes. Un tube instantané où l’énergie des deux artistes fusionne. Une rencontre au sommet entre les deux rois de la formule et du gimmick. Un morceau dans lequel Niska, d’origine congolaise, a fait honneur à la Côte d’Ivoire en faisant rimer le français et le nouchi, le parler urbain ivoirien, ainsi qu’en citant deux des plats emblématiques de la cuisine ivoirienne : le garba (plat de poisson accompagné de semoule de manioc) et l’alloco (bananes plantains frites).

Source: Pan African Rap / https://pan-african-music.com/